Apprendre à plaider et débattre des enjeux mondiaux

Les chargés de cours Gaëlle Breton-LeGoff, du Département des sciences juridiques, et Guillaume Cliche-Rivard, de la Faculté de science politique et de droit, préparent et accompagnent des étudiants de l'UQAM qui participent à des simulations internationales et à des concours de plaidoirie. Le Devoir du 21 mars 2015 explique comment l'apprentissage de la politique et du droit international peut se faire différemment.

Pour le commun des mortels, l’apprentissage de la politique et du droit international ne peut se faire qu’en accumulant de longues heures de cours, de lectures, de travaux, de visionnements et de discussions plus que moins théoriques sur le sujet. À la Faculté de science politique et de droit de l’UQAM, on a plutôt choisi d’élargir le modèle. Les étudiants du premier cycle sont invités à plonger dans la réalité de grandes instances internationales, comme l’ONU, l’OTAN ou le Parlement européen, en participant à des simulations internationales et à des concours de plaidoiries.
Photo: Fuse Thinkstock Le Concours de procès simulé en droit international Charles-Rousseau accueillera des étudiants qui plaideront dans le cadre d’une « fausse » affaire traitant d’interception, de collecte et de traitement de données électroniques.

Photo: Fuse Thinkstock
Le Concours de procès simulé en droit international Charles-Rousseau accueillera des étudiants qui plaideront dans le cadre d’une « fausse » affaire traitant d’interception, de collecte et de traitement de données électroniques.

Partagez